INGE DE JONGE

fr | de | en

 

Après mes études au Pays Bas : Ecole de coupe et couture et Ecole des Beaux Arts de Rotterdam, je vis depuis 1984 en France. Entre 1984 et 2000 j’ai travaillé en tant que mannequin et j’ai gagné en même temps différents prix dans des concours de stylisme.

 

 

T h i s   i s   m y   s t o r y :

Je commercialise depuis mes créations sous ma propre marque. Le contexte économique aujourd’hui plus favorable à la production de masse, rapidement et grossièrement exécutée, dans des contextes humains par ailleurs très contestables, restreint inexorablement le fonctionnement classique du prêt à porter. Si j’en ai fait le constat, j’en ai fait aussi la douloureuse expérience. Notre société pousse à une consommation aussi frénétique qu’outrancière. Acculée par cette réalité anxiogène que je ne soutiens pas, étanche en résolutions de surcroît, je me suis repliée pour envisager une nouvelle formule apte à soutenir mes ambitions. Alors, j’ai tenté d’imaginer autre chose qui serait en accord avec mes aspirations. Quelque chose qui me ferait progresser sur un chemin éloigné de cette exaltation consumériste dévastatrice. J’ai dessiné et conçu une ligne textile qui me ressemble. Elle raconte ma vision poétique du monde. J’y exerce la finesse d’une créativité sublimée par de belles matières, des synergies de teintes apaisantes, des éléments d’ornement remarquables, une fluidité d’étoffes qui rend hommage à l’élégance et au bien-être.

Concevoir une collection différente, de travailler dans un environnement plus proche de mon lieu de fabrication, d’utiliser des matières européennes et recyclées, en réponse à la passion que je voue aux œuvres de recyclage.

Si le terme concept possède une connotation marketing très typée, il n’en permet pas moins de décrire celui qui est le mien : décliner un univers textile dédié aux femmes, aux hommes, aux enfants, fidèle aux atmosphères que l’on me connaît, tout en développant des éléments de décoration et des accessoires (coussins, lampes, sacs, pochettes, couverture pour bébé). Les bijoux intègrent également cette nouvelle dynamique ; ils sont constitués de dentelles et de perles des anciens chapeliers.

J’offre une seconde vie à ce qui pourrait être gaspillé, jeté, oublié. Je déploie ainsi plus qu’une collection, je dépasse la notion de mode, pour valoriser un art de vivre où la matière et l’histoire de l’objet sont aimées pour ce qu’ils racontent.

La ligne artistique entretient mon style décalé mais facile à porter quotidiennement. Les collections permettent un système de fabrication plus simple, une utilisation moins encodée que les collections classiques, puisque les pièces fabriquées peuvent se transposer de la saison d’hiver à celle d’été, et réciproquement. Cette démarche me permet également de me rapprocher de ma clientèle, d’être davantage à son écoute privilégiée, et de fabriquer à plus court terme. La nouveauté de ce mode de conception consiste également à intégrer la participation de couturières vivant localement, et dont le métier ne leur assure malheureusement pas subsistance. Avec elles, une vraie synergie d’entreprise sociale et solidaire est possible. Je rejoins ainsi le mouvement de l’économie circulaire, durable, locale et participative, cher à ma philosophie de vie.

Et je me sens plus heureuse.

 

 

Inge

 

 

 

 

Sophie …

 

keeping the shop in Le Vans,

jewellery designer of her own, link to website

Pascal

seamstress

Nina

 

model

daughter

creator of jewellery sold in the shop

link?

WWOOFers

 

occasionally helping out with cutting the fabrics

Erik

 

helping hand

account manager and neighbour